hamburger overlay

Au volant avec le diabète

Pour plusieurs, conduire représente la liberté d’aller où ils veulent, quand ils le veulent. Derrière un volant, liberté rime cependant avec responsabilités: qu’en est-il, dans ce cas, du diabète?

Les risques associés à la conduite

Selon les lignes directrices publiées par Diabète Canada, le plus grand risque associé à la conduite est celui d’une hypoglycémie qu’on n’a pas su détecter à temps. L’hypoglycémie entraîne une panoplie de symptômes qui augmentent grandement le risque d’infractions et d’accidents: tremblements, troubles de la concentration, somnolence, vision embrouillée, étourdissements…

La clé, c’est de bien gérer sa glycémie.

Si vos traitements se limitent à l’ajustement de vos habitudes de vie et de votre diète, ou encore si votre médication n’implique pas la prise d’insuline, vous pouvez conduire sans problème – à condition d’être vigilant. Règle générale, les personnes insulinodépendantes peuvent aussi conduire leur voiture, à condition d’être suivies par un professionnel de la santé.

La capacité à conduire un véhicule doit néanmoins être évaluée d'une personne à une autre. Notez bien qu'un conducteur vivant avec le diabète, dépendamment de la province où il vit, doit obligatoirement passer un examen médical au moins une fois tous les deux ans.

Par ailleurs, d’autres affections liées au diabète peuvent avoir une incidence sur l’aptitude à conduire, par exemple la neuropathie (problèmes liés aux yeux, aux reins, aux nerfs, etc.), une atteinte des fonctions motrices ou sensorielles, ou encore une maladie cardiovasculaire.

Quelques précautions

  • Avant de prendre le volant, soyez à l’affût des symptômes d’hypoglycémie. Pour être certain que tout va bien, mesurez votre taux de glucose sanguin.
  • Vous vous apprêtez à faire une longue route? Apportez de l’eau et des collations, prévoyez des pauses pour vous dégourdir les jambes et rester alerte.
  • Conservez votre lecteur de glycémie et tout votre matériel à l’ombre et au frais.

C’est la loi!

Au Canada, la loi oblige tout un chacun à déclarer tout problème médical pouvant affecter sa conduite.

Sachez qu’une déclaration fausse ou trompeuse peut entraîner une suspension de votre permis ou une amende de 300 à 600$.

Et la conduite commerciale?

Au Québec comme dans le reste du Canada, une personne qui a reçu un diagnostic de diabète est autorisé à conduire un véhicule commercial, et ce, même si elle est insulinodépendante. La condition W devra cependant être inscrite sur son permis, ce qui indique que cette activité lui est interdite aux États-Unis.

Le diabète ne devrait en aucun cas restreindre votre liberté. Mais lorsque vous prenez le volant, soyez conscient que votre état de santé peut avoir des répercussions tant sur votre propre sécurité que sur celle des autres.

Références:

Diabète Canada (n.d). Diabetes and Driving. Récupéré de: https://www.diabetes.ca/health-care-providers/clinical-practice-guidelin.... Consulté le 29 août 2021.

Diabète Canada (2018). Diabetes and Driving. Récupéré de: https://guidelines.diabetes.ca/docs/cpg/Ch21-Diabetes-and-Driving.pdf. Consulté le 29 août 2021.

Diabète Québec (2018). Conduite automobile. Récupéré de: http://www.diabete.qc.ca/fr/comprendre-le-diabete/pratique/lois-et-reglements/conduite-automobile-et-diabete. Consulté le 29 août 2021.

Diabète Québec (2018). L’hypoglycémie chez la personne diabétique. Récupéré de: https://www.diabete.qc.ca/fr/vivre-avec-le-diabete/soins-et-traitements/hypoglycemie-et-hyperglycemie/lhypoglycemie-chez-la-personne-diabetique. Consulté le 29 août 2021.     

Recevez notre infolettre

Une source d’information reliée au diabète intéressante et utile

Abonnez-vous maintenant

Partager

Classé sous :