Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
hamburger overlay

Mettre fin à la stigmatisation du diabète : dites non au blâme et à la honte

Pensez-y : vous mesurez régulièrement votre glycémie, rencontrez des médecins et des éducateurs et faites attention à votre alimentation. La personne qui veut vous juger – vous y compris –devrait être impressionnée que vous y arriviez, plutôt que de chercher à vous critiquer.

Si jamais vous vous reprochez votre diabète, ou si vous vous inquiétez que d’autres le fassent, mettez en pratique ces quatre conseils :

  1. Acceptez que vous n’y êtes pour rien. Vous avez très probablement entendu ou lu que vous n’avez pas causé votre diabète, mais y croyez-vous vraiment? Que vous viviez avec le diabète de type 1 ou de type 2, vous n’avez pas causé son apparition. Le diabète est une affection complexe reposant en grande partie sur la génétique. Bien que beaucoup de gens persistent à croire que le diabète est causé par un surpoids ou un faible pour les friandises, de nombreuses personnes en surpoids ne vivent pas avec le diabète, et de nombreuses personnes minces, oui1. Qu’on se le tienne pour dit : la cause du diabète ne se voit pas dans un miroir.

  2. Rappelez-vous que le diabète ne vous définit pas. Quand les soins du diabète accaparent une bonne partie de votre temps et de votre énergie, c’est facile de sentir qu’ils prennent le dessus. Essayez de ne pas vous définir comme « un diabétique ». Voyez-vous plutôt comme un super parent qui vit simplement avec le diabète. Un bon ami au sens de l’humour extraordinaire qui prend en charge un problème de santé. Un être humain fabuleux aux multiples facettes qui aime chanter, lire et nager. (Voyez? Le diabète n’a même pas à faire partie de la liste.) Le fait est que les étiquettes minent votre opinion de vous-mêmes et votre confiance en vous. Tentez plutôt de vous concentrer sur vos qualités.

  3. Prenez aussi soin de votre santé mentale. Les personnes vivant avec le diabète sont plus souvent touchées par la dépression ou l’anxiété que le reste de la population1. C’est logique : combinés, la prise en charge permanente du diabète, les effets physiques de l’hyperglycémie et l’attitude des autres peuvent être épuisants. Alors si vous vous sentez démoralisés ou dépassés, c’est normal. La bonne nouvelle? Vous pouvez trouver de l’aide pour faire face aux défis sociaux et émotionnels découlant de la vie avec une affection que les gens n’essaient souvent même pas de comprendre. Parlez-en à votre médecin de famille lors de votre prochain rendez-vous. Il saura vous diriger

  4. Continuez votre bon travail. Il est facile d’oublier de prendre soin de vous si vous vous blâmez ou si vous vous préoccupez de ce qu’on pensera si on vous voit mesurer votre glycémie, prendre vos médicaments ou vous injecter de l’insuline, ou encore manger la première chose qui vous tombe sous la main. N’oubliez pas que c’est vous qui devez vivre avec les conséquences à court et à long terme de vos choix.

    Vous avez assez de choses à garder en tête sans vous encombrer des idées des autres. Remettez-leur les pendules à l’heure, recommandez-leur de consulter Google ou ignorez-les. Oubliez les idées préconçues et négatives. Vous savez que vous vous en sortez bien, et votre opinion est la seule qui compte.

1Diabète Canada. Stigma should not be part of a diabetes diagnosis. Disponible à : https://www.diabetes.ca/managing-my-diabetes/stories/stigma-should-not-b.... Consulté le 24 juin 2019.

Recevez notre infolettre

Une source d’information reliée au diabète intéressante et utile

Abonnez-vous maintenant

Partager

Classé sous :